Information détaillée concernant le cours

Titre

Attention, compassion et empathie en éthique

Dates

à déterminer

Organisateur(s)

Prof. Jean-Claude Wolf (UNIFR) Angela Martin, Dr, assistante docteur, Université de Fribourg Maude Ouellette-Dubé, doctorante, Université de Fribourg Elodie Malbois, doctorante, Université de Lausanne

Intervenant(s)

Bridget Clarke, Associate professor, University of Montana, USA Natalie Depraz, professeur, Université de Rouen Marlène Jouan, Maître de conférences, Université Grenoble Alpes

Description

Certaines théories éthiques suggèrent que la compassion et l’empathie jouent un rôle important, voire essentiel, au sein de notre vie morale, et que ce sont des facultés que nous devrions développer pour mieux porter notre attention à autrui et offrir notre soutien. L’attention, de son côté, comme le montrent les expressions 'porter attention à' ou 'poser son attention sur', est la faculté de l’esprit à sélectionner un objet ou un aspect d’une situation auquel se consacrer. Dans certains cas, on choisit de porter attention à quelqu’un ou quelque chose, alors que d’autres fois, c’est la personne ou l’objet en question qui capte notre attention. Le rôle que jouent l’attention, la compassion et l’empathie est mis en avant, par exemple, au sein de l’éthique de la vertu, qui considère ces dernières comme des vertus susceptibles de guider l’action. L’attention a aussi été décrite dans la tradition de l’éthique du care comme pouvant nous rendre sensibles à certaines raisons importantes pour former nos jugements moraux ; elle nous permettrait ainsi d’acquérir une forme de connaissance morale. Quand on parle de l’attention, de la compassion et de l’empathie en éthique, il est nécessaire de s’interroger sur leur nature, sur les liens que ces états mentaux entretiennent, sur leurs implications pour nos vies morales et sur les responsabilités et les devoirs moraux qui en découlent. Il convient également de se demander si une certaine forme d’attention n’est pas nécessaire pour avoir de la compassion envers autrui ou pour adopter la perspective d’autrui. Il semble que la compassion, entendue comme une émotion de souci à l’égard de la détresse et de la souffrance d’autrui qui nous pousse à l’aider, implique une forme d’attention. En effet, comment se soucier de l’autre sans lui prêter attention ? Les questions qui seront abordées dans cette école doctorale sont : qu’est-ce que sont l’attention, l’empathie et la compassion ? Quel est le lien entre ces termes, quel est leur objet, et, dans le cas de l’attention, sa «direction of fit» ? Quel rôle devraient jouer ces trois phénomènes et attitudes dans nos vies éthiques et de quelle façon ? Est-ce que ressentir de la compassion ou de l’empathie implique un devoir d’agir, et quel est leur lien avec la responsabilité morale et la rationalité ? Quelle sorte de connaissance morale est-ce que ces trois phénomènes et attitudes rendent possible ? Et pourquoi est-ce que certaines situations captent notre attention plus que d’autres, ou ne la captent pas alors qu’elles le devraient ? Cette journée s’adresse à toute personne qui s’intéresse aux questions de philosophie pratique et d’éthique, de phénoménologie, de psychologie morale, d’épistémologie morale, de motivation et d’action morale et de la relation de soi à autrui, d’un point de vue systématique aussi bien qu’historique. En plus des compétences philosophiques, les participant-e-s pourront également acquérir des compétences transversales et méthodologiques, en s’interrogeant sur les analyses conceptuelles et méthodes en philosophie, en recevant des commentaires d’expert-e-s sur le sujet, et en présentant leurs propres recherches dans un cadre stimulant, constructif et critique. De plus, cette école doctorale permettra à tous les jeunes chercheurs et chercheuses romand-e-s en éthique de se rencontrer et de discuter de leur travail.

Lieu

Université de Fribourg

Information
Places

15

Délai d'inscription 01.01.2018
short-url short URL